Accueil > Blog
BLOG
Le Testament de Samir Amin : (1) Fidélité infidèle
Noureddine El Aoufi | 1 Juillet 2019
     

Samir Amin disait qu’il relisait Marx tous les 20 ans. Sa dernière relecture, il l’a faite à 80 ans en 2011.  Ses travaux théoriques, comme ses engagements politiques, procèdent directement de Marx, sans médiations. Dès lors, penser avec Samir Amin c’est en quelque sorte penser avec Marx. Mais lorsque Samir Amin relit Marx, c’est pour penser le capitalisme et ses transformations à l’échelle mondiale à partir de Marx. Par conséquent, penser avec Samir Amin implique de penser à partir de sa théorie générale de l’accumulation à l’échelle mondiale et de son corollaire le développement inégal, ses deux maîtres ouvrages et, en dernière instance, penser à partir de Marx.

Dans Spectres de Marx (Galilée, 1993), Jacques Derrida préconise un mode de gestion de l’héritage laissé par Marx : être « fidèle dans son infidélité » et « infidèle dans sa fidélité ». « Etre infidèle par esprit de fidélité ». C’est cette « fidélité infidèle » ou cette « infidélité fidèle » qui définit l’usage que faisait Samir Amin des textes de Marx. Dès lors la première leçon à retenir de l’héritage de Samir Amin est de nature méthodologique : appliquer à ses travaux théoriques une démarche à la fois compréhensive, réflexive, critique. 

Je propose de décliner le « testament » théorique et pratique que l’on pourrait inférer de l’œuvre de Samir Amin autour des concepts suivants : accumulation, paupérisation, émancipation, déconnexion, souveraineté. Fondé essentiellement sur la captation de la valeur des pays de la périphérie vers les pays du centre, le processus d’accumulation capitaliste à l’échelle mondiale est à l’origine d’un phénomène de paupérisation absolue et relative qui frappe les catégories les plus défavorisées notamment au sein de la périphérie. Devenant extrême dans la phase néolibérale du capitalisme et s’accompagnant d’un accroissement sans précédent de inégalités, la paupérisation crée les conditions objectives et subjectives d’un projet populaire d’émancipation à l’échelle mondiale. Ce projet implique la réunion de deux conditions : au niveau interne, par une construction positive d’une stratégie de développement souverain centré sur « une loi de la valeur à base nationale et au contenu populaire, indépendant », d’une part. Au niveau externe, par un choix stratégique de déconnexion qui signifie « le refus de soumettre la stratégie nationale de développement aux impératifs de la mondialisation » (La Déconnexion, La Découverte, 1986, p. 108), de l’autre.

Les travaux de Samir Amin articulent deux dimensions indissociables, inextricables : une première dimension positive, analytique et critique que l’on trouve dans ses travaux académiques, notamment L’Accumulation à l’échelle mondiale(Institut fondamental d’Afrique noire, Dakar/Anthropos, Paris, 1970), Le Développement inégal (Minuit, Paris, 1973)et La Déconnexion. Une seconde dimension normative définissant une économie de la praxis politique ayant pour visée la transformation des rapports centre/périphérie et l’émancipation des pays en voie de développement.

 


Accueil Comité de gestion   Documents de travail   Vidéos 1, Rue Hamza, Agdal, Rabat, Maroc
Concept Chercheurs Articles Partenaires Tél: +212 661 22 72 21
Arguments Programme Editions digitales Liens utiles noureddine.elaoufi@gmail.com
Statuts Colloques et séminaires Blog Plan du site BMCI Rabat succursale, Angle Avenue Imam Malik & Ibrahim Tadili
Conseil académique Agenda Photos RIB : 013 810 01070 240004 001 67 94 / Code Swift : BMCI MAMCXXX