BLOG
Les dualités du développement
Noureddine El Aoufi | 2 Avril 2018

A la suite de mon blog précédent, j'ai reçu quelques commentaires sur les « facteurs externes » dont j'aurai négligé, en citant Abdelaziz Belal, l'efficace qu'ils produisent sur le développement national. Dont acte.

A. Belal souligne, en effet, que « le développement n'est pas possible sans l'élimination des blocages sociaux, politiques et idéologiques qui l'entravent ». Mais il ajoute : « c'est-à-dire de la domination externe-interne qui ronge et inhibe les formations sociales périphériques ». Je n'ai pas reproduit cette dernière précision parce que je cherchais surtout à mettre la focale sur les « facteurs internes » (la domination interne) quand bien même, comme le note l'auteur, la domination est tout à la fois interne et externe. Il s'agit d'une vieille querelle théorique : d'aucuns (théorie de la dépendance) faisant du procès du sous-développement une conséquence historique de l'extraversion économique des pays sous-développés et de leur satellitisme, notamment commercial et financier, par rapport à la métropole. D'autres privilégiant l'explication par les limites des « structures productives » internes et l'incapacité intrinsèque du capitalisme périphérique à déboucher sur le développement économique et social. L'échange inégal dans un cas, le développement inégal dans l'autre. Rosa Luxemburg versus Lénine. 

Pour A. Belal, le phénomène de la dépendance prend racine, au cours de la trajectoire coloniale, de façon synchrone avec le procès du sous-développement qui est alors appréhendé dans la sphère productive comme le résultat historique du développement inégal (Amin, 1973), à travers un mécanisme d'extorsion et de transfert de la plus-value de la périphérie vers le centre, faisant perpétuer l'accumulation à l'échelle mondiale (Amin, 1970, 1973; Frank, 1966, 1968). En référence aux travaux de A. O. Hirshman (1958) et de E. Gannagé (1962), il met en évidence, sous le Protectorat, une insuffisance des "effets multiplicatifs" directs et indirects des investissements dans les infrastructures. Insuffisance qui s'explique notamment par "l'exportation" des phénomènes de multiplication et d'induction : "Dans les conditions de l'économie politiquement dépendante, les effets multiplicatifs directs et indirects de l'investissement ne jouent que très faiblement ou pas du tout" (1965, p. 162). L'épargne se trouve "projetée en permanence vers l'extérieur" transférant ainsi à l'étranger le mécanisme d'"accélération" de l'investissement.

Belal a eu, donc, tout à fait raison de porter l'emphase sur la dépendance externe dans un contexte où le Maroc faisait ses premiers pas dans le processus de l'indépendance économique (gouvernement Abdellah Ibrahim).   

Aujourd'hui, on est en droit, sans occulter ni minimiser le poids des facteurs externes (la mondialisation étant, au contraire, le vecteur par excellence de la domination externe et le stade suprême de l'impérialisme), de réaffirmer le rôle qui incombe aux pouvoirs publics de peser dans la conception d'une stratégie de développement national, d'infléchir les tendances imprimées par la mondialisation libérale au cours de l'économie nationale, voire de soustraire, dans une large mesure, la décision aux institutions financières et aux cabinets d'études internationaux. 

La marge de manoeuvre de l'Etat-Nation est, certes, devenue fort étroite sous l'assaut de la mondialisation, mais le politique n'est pas pour autant totalement dépourvu de moyens d'action souveraine sur l'économie et sur les modes d'insertion dans le régime international. Les facteurs internes ne sont pas irrémédiablement neutralisés par les facteurs d'ordre externe, voire dans la dialectique des topiques du développement, ce sont les premiers qui, en dernière instance, sont déterminants. Comme le montre la métaphore de « l'œuf et de la pierre » (Mao Tsé-Toung, « De la contradiction »), « l'oeuf qui a reçu une quantité appropriée de chaleur se transforme en poussin, mais la chaleur ne peut transformer une pierre en poussin, car les bases sont différentes ». Les « bases », c'est-à-dire, en l'occurrence, les « conditions internes ».

Le Testament de Samir Amin : 3. Paupérisation

Le Testament de Samir Amin : 2. Accumulation

Le Testament de Samir Amin : 1. Fidélité infidèle

Les dualités du développement : (5) Infrastructures physiques versus humaines

Classes moyennes et développement
3. Au secours, la lutte des classes revient !

Classes moyennes et développement
2. La courbe de Gatsby

Classes moyennes et développement
1. On achève bien les classes moyennes

L'Economiste et l'Architecte

Ce que construire veut dire (2/2)

Ce que construire veut dire (1/2)

Un Maître est mort

Samir Amin ou l'hétérodoxie radicale

Boycott et juste prix

Les dualités du développement : (4) développement vs croissance

Boycott et compagnies

Modèle de développement : le discours et la méthode (3)

Modèle de développement : le discours et la méthode (2)

Modèle de développement : le discours et la méthode (1)

Les dualités du développement : (3) public versus privé

Les dualités du développement : (2) Etat vs marché

Les dualités du développement

Le « nouveau modèle du développement marocain » selon Abdelaziz Belal

Le design du développement national : mystère versus puzzle

Bank Al-Maghrib : les « constantes vitales » à ne pas déprécier

L'hybris économique

La carte et le territoire

Où le développement des terroirs n'est pas le développement par les terroirs

Le procès du développement (7 et 8)

Le procès du développement (5 et 6)

Le procès du développement (4)

Le procès du développement (2 et 3)

Le procès du développement (1)

Accueil Comité de gestion   Documents de travail   Vidéos 1, Rue Hamza, Agdal, Rabat, Maroc
Concept Chercheurs Articles Partenaires Tél: +212 661 22 72 21
Arguments Programme Editions digitales Liens utiles noureddine.elaoufi@gmail.com
Statuts Colloques et séminaires Blog Plan du site BMCI Rabat succursale, Angle Avenue Imam Malik & Ibrahim Tadili
Conseil académique Agenda Photos RIB : 013 810 01070 240004 001 67 94 / Code Swift : BMCI MAMCXXX