BLOG
Changer de modèle, mais quel modèle ?
6. Prescriptions sans diagnostic : l'inventaire à la Prévert
Redouane Taouil | 15 Octobre 2019

Le mérite insigne dont il faut créditer la mise en débat du modèle de croissance est d’avoir contribué à rompre le silence sur la détérioration persistante de la conjoncture économique d’ensemble et donné lieu à des exercices de recommandations d’actions à conduire. Ainsi l’été a vu la multiplication de manifestations où think tank etautres experts ou représentants d’organisations professionnelles s’adonnaient à cet exercice. A examiner la kyrielle de mesures prônées, force est de pointer qu’elle déroge aux modalités rigoureuses que sollicite la réflexion sur un «  nouveau modèle de développement ».

Quel que soit la teneur de ces mesures, elles ne sauraient prétendre à la pertinence  que si elles sont dérivées d’un diagnostic établi selon une argumentation serrée. Or, il est remarquable de noter que la faible place allouée à l’analyse de la trajectoire de la croissance contraste avec l’abondance des préconisations. Certes, le débat en cours recourt  à  des données et des assertions sur l’insuffisance de la progression du PIB, la vulnérabilité de la croissance, le caractère persistant du chômage, le sous-emploi massif des jeunes, les déséquilibres régionaux, comme sur le déficit éducationnel humain et les carences des services éducatifs et de santé. Il reste cependant muet quant à l’analyse des liens entre, d’une part, le contenu des politiques conjoncturelles, des réformes structurelles et des plans sectoriels et le comportement et les performances de l’économie nationale, de l’autre. L’évaluation globale de la cohérence du régime de politique économique selon ses propres critères d’efficacité est nécessaire au repérage des facteurs majeurs d’inefficience et des dispositifs contreproductifs ou inappropriés. L’économie du développement a accumulé un capital conséquent dont l’exploitation apporterait un éclairage sur les  bilans des politiques publiques, sur les structures et le comportement du secteur privé, les formes de chômage autant que sur la répartition des ressources et des droits.  Ce préalable est,  on s’en doute, crucial pour identifier les remèdes à l’apathie de la croissance et à l’amorce de l’atténuation du déficit social.

En sous-estimant l’importance des enjeux analytiques, la démarche experte conduit  immanquablement à une juxtaposition des recommandations sans fondement commun. Faute d’un référentiel de valeurs, de normes, d’objectifs et d’instruments, ces recommandations sont vouées à être incohérentes, contradictoires ou  incertaines. A témoin des catalogues  entremêlant des propositions en faveur de la compétitivité, de   la concurrence, des  politiques d’offre,  de l’assouplissement de la réglementation du marché du travail, de la décompensation, de l’amélioration du pouvoir d’achat, ou encore de la lutte contre les inégalités, de l’investissement dans l’éducation ou encore de la lutte contre les inégalités. Une illustration indubitablement parlante de l’indifférence à la cohérence est donnée par l’appel à la combinaison de réduction des prélèvements obligatoires, de  la restriction des dépenses publiques et de l’inclusion sociale par l’éducation et la santé.

Le déficit d’analyse est manifeste également dans la réitération de poncifs qui, frappés du sceau du sens commun, sont placés à l’abri de l’interrogation.  L’investissement dans le « capital humain », objet d’incantations qui font de l’éducation un puissant vecteur de croissance,  suffit à souligner le poids de ces poncifs.  Or pour peu que l’on tienne compte des débats d’idées, cette antienne ne saurait échapper au questionnement. La célèbre objection de Pritchett, “ Where has all the education gone?” est, au regard des évolutions récentes, encore plus pertinente. A partir de l’étude de données de nombreux pays, l’ex-économiste de la Banque mondiale soutient que l’éducation ne produit pas un impact positif sur le développement. Le fait  que le lien entre capital humain  et croissance n’a pas à son actif de preuves empiriques donne à coup sûr  à s’interroger entre autres sur la forte proportion du chômage des diplômés et partant sur les profils de la croissance et ses effets sur la prépondérance de l’emploi non qualifié.

Au fond, les mesures égrenées ici et là s’apparentent à l’inventaire de Prévert. Quels que soient les échos favorables dont elles jouissent dans les médias, elles n’ont pas à être dérobées à la discussion. Le débat sur le changement de modèle ne peut progresser que sous l’impulsion du soupçon critique et de la confrontation, de l’argumentation et de la contre-argumentation, loin de la répétition d’une doxa figée en tics de langage et lieux communs. Montesquieu n’a-t-il pas affirmé que les limites de la liberté proviennent entre autres de la paresse ?

Accueil Comité de gestion   Documents de travail   Vidéos 1, Rue Hamza, Agdal, Rabat, Maroc
Concept Chercheurs Articles Partenaires Tél: +212 661 22 72 21
Arguments Programme Editions digitales Liens utiles noureddine.elaoufi@gmail.com
Statuts Colloques et séminaires Blog Plan du site BMCI Rabat succursale, Angle Avenue Imam Malik & Ibrahim Tadili
Conseil académique Agenda Photos RIB : 013 810 01070 240004 001 67 94 / Code Swift : BMCI MAMCXXX