BLOG
Le Testament de Samir Amin : 2. Accumulation
Noureddine El Aoufi | 21 Octobre 2019

L'accumulation est un concept générique qui trouve sa définition la plus rigoureuse dans le Capital de Marx. Il a été, par la suite, repris, réinterprété et développé dans plusieurs travaux fondateurs de la « théorie de l'impérialisme », celle-ci ne pouvant se lire qu'en creux dans le Capital. Dans la lignée de Marx, les deux développements les plus pertinents sont, incontestablement, ceux de R. Luxemburg et de V. Lénine.

Sans sous-estimer l'importance de la production de la plus-value, et partant le rôle de l'exploitation de la force de travail, dans l'accumulation du capital et sa « reproduction élargie », Rosa Luxembourg (L'accumulation du Capital. Contribution à l'explication économique de l'impérialisme, 1913, in Œuvres, « Petite collection Maspero »,  Paris, 1969), semble privilégier, au niveau de son appréhension du fait impérialiste, la modalité liée à la « circulation des marchandises » à l'échelle internationale entre pays capitalistes et pays non capitalistes, ces derniers étant, de ce fait, soumis à l'exploitation dans le cadre de l'échange inégal qui se réalise à travers le marché. L'impérialisme qui prend la forme historique de colonisation au XIXè siècle est, dès lors, défini par R. Luxemburg comme une extension géographique de l'échange marchand en vue de surmonter les crises du capitalisme en général et de contrecarrer la baisse tendancielle du taux de profit en particulier, baisse liée à la non « réalisation » totale de la plus-value. En d'autres termes, la difficulté de « transformer » la marchandise en argent par la vente au sein des pays capitalistes incite à trouver des débouchés dans les pays qui ne sont pas encore soumis aux rapports capitalistes.  

En revanche, pour Lénine (L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme, 1916,  Editions du Progrès, Moscou, 1969), l'impérialisme se fonde davantage sur l'extorsion de la « plus-value absolue » au sein des pays colonisés dans le but d'enrayer la « baisse tendancielle du taux de profit », baisse que Marx considère comme une loi consubstantielle au procès du capital. Dans cette optique, le dépassement des crises du capitalisme passe moins par l'extension du rapport marchand, ou de la sphère de circulation des marchandises vers les pays pré-capitalistes, que par la création au sein de ces derniers du rapport salarial qui se déroule dans la « sphère productive ». Le capital financier (articulation du capital bancaire et du capital industriel) est, selon Lénine, un marqueur de « l'impérialisme » défini comme « stade suprême du capitalisme ».

Impérialisme marchand d'un côté (Luxemburg), impérialisme de type productif de l'autre (Lénine). Les deux formes sont organiquement liées et se conjuguent pour former le mouvement d'ensemble de l'accumulation du capital. Loin de s'opposer sur cette question, Rosa Luxemburg et Lénine sont sur la même longueur d'onde.

« Fidélité infidèle » et/ou « infidélité fidèle » par rapport à Marx, l'intuition de Samir Amin prolonge la théorie marxienne de l'accumulation du capital en l'augmentant d'une hypothèse déduite théoriquement et induite historiquement. Le capitalisme, écrit S. Amin (« Le capitalisme sénile », Actuel Marx, N° 33, 2003/1), « n'est pas seulement un mode de production, il est également un système mondial fondé sur la domination générale de ce mode ». Le caractère mondial (ou global selon une terminologie anglo-saxonne) est intrinsèque au capitalisme, il est constitutif de son origine et coextensif de ses trajectoires historiques. La théorie du capitalisme comme « mode de production » et de « reproduction » dont Marx a indiqué les invariants et dont il a décelé la logique substantielle, se trouve redéfinie en termes de « théorie de l'impérialisme » chez Samir Amin : « J'ai qualifié le capitalisme (…) de système impérialiste par nature, ou encore écrit que l'impérialisme constituait « la phase permanente » du capitalisme » (Ibid.). L'accumulation du capital se déploie à l'échelle mondiale dans un rapport asymétrique qui està la fois rapport d'exploitation et rapport de domination. C'est sous ce double rapport inégal que le « Centre » (pays développés) tend à maintenir la « Périphérie » (pays sous-développés) dans un état dépendance structurelle et inter-temporelle. Selon Samir Amin, l'impérialisme est inscrit dans l'ADN du capitalisme. Les processus à l'œuvre aujourd'hui ne font que valider, volens nolens, cette « infidélité fidèle » à Marx : plus qu'un « stade suprême » du capitalisme, l'impérialisme est sa forme permanente, la mondialisation la condition de son existence, l'échelle irréductible de sa réalisation.

Le Testament de Samir Amin : 3. Paupérisation

Le Testament de Samir Amin : 2. Accumulation

Le Testament de Samir Amin : 1. Fidélité infidèle

Les dualités du développement : (5) Infrastructures physiques versus humaines

Classes moyennes et développement
3. Au secours, la lutte des classes revient !

Classes moyennes et développement
2. La courbe de Gatsby

Classes moyennes et développement
1. On achève bien les classes moyennes

L'Economiste et l'Architecte

Ce que construire veut dire (2/2)

Ce que construire veut dire (1/2)

Un Maître est mort

Samir Amin ou l'hétérodoxie radicale

Boycott et juste prix

Les dualités du développement : (4) développement vs croissance

Boycott et compagnies

Modèle de développement : le discours et la méthode (3)

Modèle de développement : le discours et la méthode (2)

Modèle de développement : le discours et la méthode (1)

Les dualités du développement : (3) public versus privé

Les dualités du développement : (2) Etat vs marché

Les dualités du développement

Le « nouveau modèle du développement marocain » selon Abdelaziz Belal

Le design du développement national : mystère versus puzzle

Bank Al-Maghrib : les « constantes vitales » à ne pas déprécier

L'hybris économique

La carte et le territoire

Où le développement des terroirs n'est pas le développement par les terroirs

Le procès du développement (7 et 8)

Le procès du développement (5 et 6)

Le procès du développement (4)

Le procès du développement (2 et 3)

Le procès du développement (1)

Accueil Comité de gestion   Documents de travail   Vidéos 1, Rue Hamza, Agdal, Rabat, Maroc
Concept Chercheurs Articles Partenaires Tél: +212 661 22 72 21
Arguments Programme Editions digitales Liens utiles noureddine.elaoufi@gmail.com
Statuts Colloques et séminaires Blog Plan du site BMCI Rabat succursale, Angle Avenue Imam Malik & Ibrahim Tadili
Conseil académique Agenda Photos RIB : 013 810 01070 240004 001 67 94 / Code Swift : BMCI MAMCXXX