BLOG
Le Testament de Samir Amin : 3. Paupérisation
Noureddine El Aoufi | 4 Novembre 2019

L'accumulation du capital se déroule à l'échelle mondiale et, précise Samir Amin, elle se déploie dans un mouvement irréversible de polarisation. Le captage permanent de la richesse par le « centre » est à l'origine de la paupérisation structurelle, multidimensionnelle qui, au sein de la « périphérie »,  touche aussi, au-delà des populations défavorisées, les classes moyennes. Le fonctionnement de la « loi de la paupérisation » ne se limite pas aux « sous-systèmes nationaux », il est consubstantiel au « système mondial capitaliste ». Aucune transition n'est, de ce fait, possible, sous la dialectique polarisation/paupérisation. Toutes choses égales, aucun rattrapage n'est à espérer, comme semble le soutenir une approche évolutionniste. Le processus est même porté à des niveaux sans précédent par la mondialisation néolibérale qui ne fait, souligne Samir Amin, que renforcer les asymétries et creuser les inégalités entre nations et au sein des nations :  « La forme actuelle de la mondialisation a peu à offrir à la grande majorité des peuples du Sud : profitable pour une minorité de personnes, elle exige, en contrepartie, la paupérisation des autres, en particulier des sociétés paysannes, qui rassemblent près de la moitié de l'humanité » (Le Monde diplomatique, Janvier 2007). Force est de souligner, aujourd'hui, la pertinence de la thèse de la paupérisation comme processus lié à la loi de l'accumulation/polarisation capitaliste. Voyons voir.

Des travaux récents mettent en évidence une corrélation entre mondialisation et recul de la pauvreté dans le monde depuis les années 1980 (Deaton, La Grande évasion. Santé, richesse et origine des inégalités, PUF, 2016). Dans la même optique, selon un rapport de la Banque mondiale (2018) la pauvreté extrême (les personnes ayant un revenu inférieur à 1,90 dollar par jour) a enregistré une baisse significative dans toutes les régions du monde, même en Afrique subsaharienne, sur la période1981-2015. En valeur absolue, la population mondiale vivant dans l'extrême pauvreté a reculé de 1,34 milliard de personnes entre 1981 et aujourd'hui, passant de 1,98 milliard à 640 millions.

Parallèlement (Alvaredo, Chancel, Piketty, Saez, Zucman, Le Rapport sur les inégalités mondiales), les inégalités de revenu se sont fortement creusées dans le monde, depuis une quarantaine d'années, « à des rythmes différents » selon les régions, les hausses les plus élevées ayant été enregistrées par les pays qui se sont fortement libéralisés au cours des années 1990 (Etats-Unis, Russie, Chine). La part du revenu national allant aux 10% des contribuables les plus aisés est passée, entre 1980 et 2016, de 34% à 47% aux États-Unis et au Canada, de 21% à 46% en Russie, de 27% à 41% en Chine, de 33% à 37% en Europe. Elles sont restées stables au Moyen-Orient, en Afrique sub-saharienne et au Brésil, mais "à des niveaux très élevés". Les inégalités prennent plus de signification en comparaison centre/périphérie : les plus pauvres des États-Unis font partie des 30% les plus riches du monde.

Ce creusement des inégalités est dû, outre l'érosion des revenus les plus bas, aux fortes inégalités observées dans le domaine de l'éducation et à une fiscalité de moins en moins progressive.

Dans Le Capital (I, VII, XXV) et dans Salaires, prix et profits, Marx analyse la paupérisation comme un processus induit par le capitalisme industriel et distingue deux formes de paupérisation : la paupérisation absolue et la paupérisation relative. La première est liée à la loi d'accumulation du capital qui généralise la prolétarisation. La seconde se traduit par l'accroissement des inégalités et de la pauvreté. C'est cette dernière que la mondialisation tend à étendre aujourd'hui aux classes moyennes dont les fractions inférieures se trouvent propulsées dans « des conditions d'existence tout à fait précaires et honteusement inférieures au niveau normal de la classe ouvrière » (Marx). Ces conditions d'existence sont à l'origine de tensions dont l'enjeu est la création de la valeur (emploi) et sa répartition et s'expriment dans des mouvements d'émancipation d'un type nouveau. Encore une fois, Samir Amin pense la paupérisation dans la « fidélité à Marx », mais, encore une fois, il s'agit d'une « fidélité infidèle ».  

Le Testament de Samir Amin : 3. Paupérisation

Le Testament de Samir Amin : 2. Accumulation

Le Testament de Samir Amin : 1. Fidélité infidèle

Les dualités du développement : (5) Infrastructures physiques versus humaines

Classes moyennes et développement
3. Au secours, la lutte des classes revient !

Classes moyennes et développement
2. La courbe de Gatsby

Classes moyennes et développement
1. On achève bien les classes moyennes

L'Economiste et l'Architecte

Ce que construire veut dire (2/2)

Ce que construire veut dire (1/2)

Un Maître est mort

Samir Amin ou l'hétérodoxie radicale

Boycott et juste prix

Les dualités du développement : (4) développement vs croissance

Boycott et compagnies

Modèle de développement : le discours et la méthode (3)

Modèle de développement : le discours et la méthode (2)

Modèle de développement : le discours et la méthode (1)

Les dualités du développement : (3) public versus privé

Les dualités du développement : (2) Etat vs marché

Les dualités du développement

Le « nouveau modèle du développement marocain » selon Abdelaziz Belal

Le design du développement national : mystère versus puzzle

Bank Al-Maghrib : les « constantes vitales » à ne pas déprécier

L'hybris économique

La carte et le territoire

Où le développement des terroirs n'est pas le développement par les terroirs

Le procès du développement (7 et 8)

Le procès du développement (5 et 6)

Le procès du développement (4)

Le procès du développement (2 et 3)

Le procès du développement (1)

Accueil Comité de gestion   Documents de travail   Vidéos 1, Rue Hamza, Agdal, Rabat, Maroc
Concept Chercheurs Articles Partenaires Tél: +212 661 22 72 21
Arguments Programme Editions digitales Liens utiles noureddine.elaoufi@gmail.com
Statuts Colloques et séminaires Blog Plan du site BMCI Rabat succursale, Angle Avenue Imam Malik & Ibrahim Tadili
Conseil académique Agenda Photos RIB : 013 810 01070 240004 001 67 94 / Code Swift : BMCI MAMCXXX